Scénarios

Les 3 scénarios exploratoires de la GIML

Le séminaire de prospective des 13 et 14 novembre 2014 a permis aux participants d’explorer des futurs possibles pour le territoire de la GIML. La méthodologie de travail employée pendant ces deux journées vous est présentée dans l’onglet « Prospective ».

À l’issue des ateliers, chaque groupe a présenté son scenario sous la forme d’un récit présenté ci-après. L’équipe projet a également produit une représentation schématique du territoire à l’horizon 2050, à partir des supports cartographiques alimentés par les participants.

Retrouvez ici les 3 scénarios exploratoires retenus :


 Scénario 1

Le titre : La mer la monté, nou la barré

Le récit :

« Suite à des constats alarmants sur la remontée du niveau de la mer à l’échelle internationale, le territoire réunionnais décide de prendre très au sérieux ces nouvelles projections de l’élévation des océans. Les documents d’urbanisme sont révisés avec une extrême vigilance.

Le territoire GIML expérimente de nouvelles modalités de démocratie participative pour que chacun prenne conscience des changements à venir et devienne acteur des adaptations devenues nécessaires pour reloger les habitants de la bordure littorale, trouver de nouvelles ressources alimentaires et énergétiques, et inventer un nouveau cadre de vie (logement, déplacement…).

Une ingénierie sociale se met en place pour optimiser les recherches de solutions co-construites entre la population et les services publics (collectivités et État), et limiter ainsi le risque de déni et de manque d’anticipation. Des investissements importants sont aussi débloqués pour la recherche et le développement dans l’alimentation et la valorisation des ressources naturelles. Cet élan vers l’avenir porte ses fruits et le territoire se déconstruit et se reconstruit en vivifiant l’âme créole : les gens des Hauts accueillant les gens des Bas.

Les paysages évoluent très vite et les écosystèmes s’adaptent du fait d’une bonne résilience, les corridors écologiques ayant été préservés à bon escient. La Réunion sort son épingle du jeu du fait de son caractère île montagne. Mais comment va-t-elle gérer sa réussite et son attractivité vis-à-vis des autres îles ? Pourra-t-elle accueillir des réfugiés climatiques ? »

La carte :

la-mer-la-monte

Réalisation : D. David, UMR ESPACE-DEV, Université de La Réunion, 2015


 Scénario 2

Le titre: Cot’Ouest Kluster

Le récit :

« Suite à une baisse des financements publics, les collectivités et l’État se recentrent sur leurs activités régaliennes et délèguent au secteur privé les grands projets de territoire.
Les subventions agricoles disparaissent et de nouvelles cultures agricoles se développent, bien trop rentables pour laisser la ville s’étendre. Une planification urbaine efficace menée en accord entre les promoteurs et la puissance publique permet de densifier le tissu urbain autour de pôles de vie et d’activités – villes durables et éco quartiers, et de développer un transport en commun optimum pour accompagner les travailleurs vers les zones d’emploi.

Les entreprises sont reines et fleurissantes grâce à des « ti gars la cour » ingénieux et entrepreneurs qui ont su breveter leurs découvertes et s’allier à des fonds privés internationaux. L’emploi est assuré mais les divergences sociales sont fortes entre les employés diplômés et performants, et ceux qui n’arrivent pas à s’intégrer aux exigences de la productivité et de la créativité.

Le corail n’a pas survécu suite à quelques années de transitions agricoles hésitantes (suite au retrait des soutiens européens de 2017) laissant la terre à nue et en proie à des épisodes cycloniques réguliers. Pour autant, « l’effet barrière » a été conservé via des récifs artificiels dont la masse a été conçue avec les projections des conséquences du changement climatique ; un tourisme de masse s’établit via des escales de grands paquebots croisiéristes circulant dans l’océan Indien. Le projet des îles Vanille prend de l’ampleur.

L’eau étant rare et chère, elle est traitée avec précaution, toujours dans le cadre de contrat public-privé via des aménagements le long des pentes pour irriguer les terres et recharger les nappes. L’agroforesterie est développée pour alimenter le marché des puits de carbone et la biodiversité des Hauts est valorisée et choyée à des fins pharmaceutiques. L’économie étant en bonne santé, les ressources financières publiques s’améliorent. En 2050, les investissements publics reviennent sur le territoire. »

La carte :

kluster-cote-ouest

Réalisation : D. David, UMR ESPACE-DEV, Université de La Réunion, 2015


Scénario 3

Le titre: C’est à la fin du bal la poussière qu’on compte les dodos

Le récit :

« Des évènements climatiques terribles viennent mettre un terme brutal à une gestion au fil de l’eau de la zone côtière. Les conséquences de ces épisodes sont lourdes et traumatisantes pour les citoyens : exode massif de la population littorale, destruction de tous les aménagements côtiers, perte de vies humaines, destruction des écosystèmes…
Via un sursaut collectif et une prise en main volontariste des citoyens et du tissu associatif, un autre modèle de développement se met en place sur la partie Sud du littoral, dans les pentes et dans les Hauts. Ce modèle expérimenté pendant des années sur les Hauts s’étend avec le soutien de la sphère publique.

Une gestion économe de l’eau se met en place, l’agriculture de proximité et les circuits courts se développent. Les cases sont rénovées pour capter l’énergie solaire, les bourgs sont restructurés et densifiés.

Un nouveau modèle éducatif se met en place pour valoriser les ressources locales, culturelles et naturelles. L’environnement devient fondateur et les écosystèmes reprennent vigueur. La culture créole se redynamise dans la solidarité. Seul un îlot de résistance échappe à ce modèle, au Nord de la zone littorale : c’est la lutte contre les aléas qui domine (aménagement en dur, paysage idéalisé « cocotier ») et la recherche d’une économie mono filière touristique, à qui bénéficie aussi indirectement la qualité environnementale retrouvée. »

La carte :

bal-poussiere

Réalisation : D. David, UMR ESPACE-DEV, Université de La Réunion, 2015